Le syndic possède un rôle essentiel dans la gestion de copropriété. Il se doit de se plier à d’importantes responsabilités vis-à-vis de tous les occupants des immeubles dont il a la charge. Pour de nombreuses raisons, l’assemblée générale des propriétaires peut demander son éviction et ensuite son remplacement. Cela doit se faire dans le respect de certaines règles.

Les principales causes de changement

Lorsqu’un syndic de copropriété ne parvient plus à assurer sa mission avec efficacité, il est tout à fait normal qu’il soit mis sur la touche. En effet, l’assemblée des propriétaires, souvent très exigeante, peut demander un remplacement lorsqu’ils ne sont plus satisfaits par les services procurés. Ce type de décision peut vraiment être motivé par des raisons plus profondes et parfois récurrentes au niveau de plusieurs résidences dans l’Hexagone. L’agacement peut par exemple provenir de lacunes en matière de réactivité. Certains prestataires mettent, en effet, trop de temps à intervenir face à des situations pourtant urgentes. Dans d’autres cas, les chantiers pour régler des problèmes en apparence minime prennent trop de temps. Par ailleurs, les syndics qui ne respectent pas leurs différents engagements et leur contrat ne sont pas rares. Des voix s’élèvent et si aucune amélioration n’est faite après avertissement, un changement est décidé.

En outre, il faut savoir que les propriétaires sont obligés de payer des charges de copropriétés afin de payer les frais liés au syndic. Ils sont alors tout à fait en droit d’exiger de la qualité quant aux prestations fournies par ce dernier. Les montants payés représentent quand même un montant non négligeable et peuvent même croître au fil des années. C’est justement l’un des principaux facteurs d’agacement qui poussent au turn-over. En effet, malgré les hausses conséquentes des tarifs, les services restent les mêmes et ne s’améliorent pas forcément. Même si des négociations sont faites, les réponses sont souvent défavorables.

Les étapes pour le remplacement

Le choix d’un bon syndic est capital, car il sera indispensable pour toute copropriété. De plus, ses tâches sont extrêmement difficiles à réaliser d’où l’importance de miser un partenaire d’expérience et réellement compétent. L’assemblée générale désigne alors un comité chargé de prospecter les enseignes spécialisées. Par ailleurs, trouver un syndic professionnel nécessite du temps et beaucoup d’attention. Afin d’identifier les meilleures prestataires disponibles sur le marché, il est conseillé de réaliser un comparatif. Pour cela, il existe de nombreux sites dédiés qui permettent de faire le tri plus facilement parmi les enseignes spécialisées.

Une fois la sélection faite, les responsables concernés devront suggérer les prestataires choisis à l’assemblée générale. Il faut ainsi envoyer la liste 6 mois avant la prochaine réunion pour que tout le monde puisse se faire une idée des caractéristiques de chaque candidat. D’après la loi Alur, cette mise en concurrence des prestataires est absolument obligatoire. La décision finale se fera alors par vote. Une fois que la majorité a fait son choix, il ne reste plus qu’à effectuer la passation entre les deux syndics (l’entrant et le sortant). Cela doit se faire dans un délai maximum d’un mois et pas plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.